Sur les fonds de solidarité

Sur les fonds de solidarité

si vous voulez lire aussitôt la lettre de Giovanni Romano, président de L'Arcolaio cliquez ici

Dans notre questionnaire de juillet, nous vous avons brièvement suggérer la constitution du Fonds de Solidarité Nationale dont vous entendrez encore beaucoup parler dans les prochains mois ; parce que l'objectif est grand , important et délicat ; on en parlera aussi à Ferrare le 3 et 4 octobre dans le cadre  de TOUTE UNE AUTRE CHOSE.  

Les nombreuses réponses parvenues par notre questionnaire, nous confirment une grande disponibilité à discuter et à participer, mais celles-ci soulignent évidemment la nécessité d'une transparence maximum, de clarté dans les objectifs, de confiance indiscutée et indiscutable pour les gérants d'un tel fonds. 

Nous nous sentons très gratifiés par les nombreuses réponses qui disent « si les Galline Felici le gèrent, nous sommes sereins ».

Merci , mais ce n'est absolument pas l'objectif , nous nous sentirions absolument pas de taille à effectuer pareille tâche, mais dans l'entourage de l'E.S, il y a des personnes autrement plus qualifiées et équipées pour le faire.

Pendant ce temps, nous n'avons pas manqué à nos obligations de notre côté, donc nous cherchons à répondre avec nos modestes moyens aux demandes.  

C'est pourquoi nous avons à l'étude un outil interne au Consortium qui permettra à nos producteurs , d'un côté endiguer les effets des excès climatiques, et del'autre d'effectuer des plantations , impossible à entreprendre seuls à cause de la faible rentabilité de nos cultures : reconversions, ré-implantations et greffes.

Dans le même temps, nous recevons une demande d'aide de la part de la coopérative sociale l'Arcolaio que avons inséré en bas de page.

Forts des expériences enthousiastes faites les années passées, nous nous sentons sereins dans la proposition à nos clients/amis d'une pré-acquisition avec les modalités des expériences précédentes : un virement rapide de votre part, une avance sur les prochaines livraisons, avec constitution d'une émission de facture de notre part identique à la commande ; restitution intégrale d'une telle avanceavec solde des factures d'octobre et novembre suivants ; de toutes façons avant la  fin de l'année, aussi pour des motivations fiscales, comme nous l'avons toujours faits.

De telles sommes seront rapidement transmises à l'Arcolaio, comme avance sur leurs prochains projets (de culture), et afin de les échelonner dans le temps durant leur prochaine saison (agricole). 

Etant donné que dans les comptes du Consortium, il y a des fonds suffisants pour envisager la prochaine saison, nous commençons à avancer à l'Arcolaio la moitié du capital (30000 sur 60000). 

Nous remercions pour leur participation et leur collaboration tous ceux et celles qui sont intéressés au développement d'une Europe solidaire, à donner quelques minutes de leur temps à la lecture de cette page, parce que , à notre avis, elle contient des indications importantes fondées sur trois histoires vraies et concrètes, sur quelques unes des possibilités , voies à suivre basées sur le « capital des relations ». 

J'ajoute ci-joint le mail de Giovanni Romano, président de l'Arcolaio, dans laquelle je me suis permis de surligner en gras pour une meilleure lisibilité. 

 

                      Cher Roberto 

Voici en résumé, la situation de la coopérative. 

Depuis 2003, l'Arcolaio produit des desserts à base d'amandes et tisse des réseaux collaboratifs au niveau local et national.

Pour rompre l'isolement de la prison et rendre les détenus protagonistes du développement solidaire des territoires, il est démontré qu'il est plus juste et meilleur de leur offrir la possibilité de se racheter plutôt que de se limiter à un simple enfermement.

En 2010, la gestion de la cuisine de la prison a été confiée à la coopérative, dans le cadre d'une expérimentation nationale effectuée dans une dizaine d'unités carcérales.

En janvier de cette année, l'expérimentation a été suspendue par le Ministère de la Justice après une longue et inutile négociation.

La perte de la gestion de la cuisine, sur laquelle la coopérative avait investi des ressources considérables, a entraîné aussi la cessation de l'activité restauration à l'extérieur.

 En même temps, la production de desserts à base de fruits secs est entrée en crise, non pas par pénurie de la demande, qui continue à être en constante augmentation, mais à cause d'une bulle spéculative qui a occasionné une envolée historique du prix de l'amande.

 La coopérative a été obligée d'acheter l'amande à un prix en constante augmentation, ne pouvant le répercuter sur ses tarifs de vente, et donc travailler au-dessus du coût de reviens habituel.

 Tout ceci est arrivé pendant que la coopérative était engagée dans un grand effort de diversification de son activité principale, au travers d'un projet d'agriculture sociale qui prévoyait la culture et le séchage des herbes aromatiques. Projet qui aura duré seulement deux ans.

 Conscients que l'Arcolaio représente un patrimoine collectif qui ne doit pas disparaître, nous demandons à notre réseau de référence de nous aider à surmonter ce moment difficile, par des actions qui resteront plus opportunes et qui pourront aussi permettre  le paiement des prochaines fournitures. 

   Giovanni ROMANO