Le fond du fond

Le fond du fond (par Mario La Rosa)

Le champ San Teodoro a été construit et n’a jamais été terminé. Il a des chambres mais il n’a jamais été habité, il a des portes mais il n’a jamais été fréquenté.

Il y a un peu moins de quatre ans c’était une structure sans vie, remplie de ses propres gravats.

On a enlevé les gravats et on l’a rempli avec d’autres choses.

On l’a rempli d’enfants. Des douzaines, tous les jours, entre les jeunes des équipes et les projets avec les écoles, c’est en continu.

On l’a rempli d’idées. 

Les idées des enfants qui jouent avec les dés raconteurs d’histoires.

Les idées pour réparer et reconstruire à partir de ruines, de manière créative, en réutilisant.

On l’a rempli d’aventures : des aventures des romans dans la bibliothèque, des aventures qui se racontent en buvant une bière après les entrainements.

La bière seulement pour les grands, parce que les boissons alcoolisées ne sont permises qu’après le début dans la première équipe.

Donc on a rempli la club house de boissons sans alcool pour ceux qui ne peuvent pas boire la bière et qui sont la majorité.

On l’a rempli de sang et de sueur, littéralement.

De larmes aussi, des milles et plus causes qui font pleurer, la joie, la rage, la tristesse, l’oignon, la commotion...

Et on l’a fait jusqu’au bout.

Dans le sens où la prochaine chose que l’on doit remplir, c’est le terrain de jeu, qui a été complètement abandonné avant d’avoir été achevé, alors, au-dessus du fond impénétrable d’argile, il manque la couche de drainage et de terreau qui accueillera l’herbe. Jusqu’à présent on a joué sur ce fond inachevé : roche en été, et marais en hiver.

Le 9 avril, on a lancé une campagne de récolte de fonds pour acheter ce qui nous sert pour remplir ce morceau là aussi, qui en réalité serait le cœur de l’installation. Pas seulement pour le bien de nos chevilles, coudes et articulations en général. On sait que si le champ était beau, il attirerait encore plus de gens que ceux qu’il attire jusque-là.

Nous le fond on l’a déjà touché ; dès que nous sommes arrivés. On l’a travaillé et nettoyé de pierres et mauvaises herbes. On a commencé à jouer et on y atterri à chaque fois qu’un plaquage réussit.

On y a lancé le cœur, de l’autre côté de l’obstacle.

Mais c’était le fond et ça le reste. On doit le transformer en piste de décollage. Tendre. Pour les athlètes en plongée et rêves en décollage.

Il faut, honnêtement, un tas d’argent.

Si vous voulez contribuer, vous pouvez participer au crowdfunding, en donnant ou en vous activant pour la récolte, en organisant un diner à thème, un banquet, une petite fête.

Vous trouverez toutes les informations sur le site brigantilibrino.it