DE DÉSESPOIR JUSQU'À LA PASSION

17/08/2017 

Vous pouvez le lire en italien, très facile, alors apprenez un peu notre langue

Ou plus bas, en français 

Azienda agricola Mario Cutuli

Ricevo in eredità il limoneto di famiglia di ha 4,5 nel febbraio 2009.

Da inesperto conduco l'azienda in convenzionale fino a tutto il 2010.

Ho fatto trattamenti chimici alle piante, concimazioni chimiche e ho usato diserbanti.

La quantità prodotte annue sono state di circa 40000 kg ad ettero tra limoni primofiore e verdelli. 

Nonostante le rilevanti quantità di prodotto ottenuto ho perso ingenti quantità di denaro a causa del prezzo ottenuto dalla vendita dei limoni.

Nel 2011 vendo metà circa dell'azienda e nello stesso tempo sospendo ogni tipo di trattamento chimico.

Provvedo solo allo sfalcio dell'erba e investo parte dei soldi ottenuti dalla vendita per dotare le piante di impianto di irrigazione a pioggia.

Nel 2012 inizio la conversione in biologico.

Le quantità prodotte di limoni si riducono di anno in anno.

I prezzi di vendita rimangono però quelli del mercato convenzionale ed in me si fa strada l'idea di sbarazzarmi definitivamente di un'azienda che diventa sempre più un peso morto.

L'amore che però provo per questo terreno mi induce a prendermi ancora un po’ di tempo. Mi pongo il limite di 5 anni e mi impegno a trovare strade alternative per la vendita dei limoni.

Nel 2014 ho i primi contatti con il Consorzio (LeGallineFelici), e ricevo la visita di Peppe, l'uomo di campagna del Consorzio che, dopo una ispezione accurata, mi chiede se posso fornire una piccola quantità di prodotto ad un prezzo dignitoso.

Uno spiraglio di luce. Ho pensato che un'altra via esiste ed è possibile.

Nel 2016 ho venduto tutti i limoni al Consorzio e faccio anche un piccolo investimento impiantando 60 piante di avocado.

Quest'anno sono diventato socio e sono uno dei 5 coproduttori di avocado con 50 piante che ad ottobre saranno messe a dimora.

Se dovessi dire con poche parole cosa rappresenta per me il Consorzio, lo definirei la mia ancora di salvezza.

Un gruppo di persone che ha creduto in me e nella mia correttezza, un gruppo di persone che ha dato dignità al mio lavoro.

Dignità lavorativa che avevo perso da molti anni.

Non è poco.

Però poi mi sono reso conto che non ci si ferma qui e che non si vive solo di sè stessi. Ho toccato con mano i programmi sul sociale.

Fare una diversa agricoltura e soprattutto una economia alternativa è possibile.

Mi sembra corretto a questo punto da parte mia dedicare parte del mio tempo affinché tutto questo vada avanti.


 

Entreprise Agricole Mario Cutuli 

En février 2009 j’ai reçu en héritage la citronneraie familiale de 4,5 hectares. 

Comme néophyte, j’ai conduit l’exploitation en agriculture conventionnelle durant toute l’année 2010. 

J’ai opéré des amendements chimiques et j’ai utilisé des traitements chimiques et des désherbants. 

Les quantités produites annuellement étaient d’environ 40000 kilos par hectare entre les citrons primofiore et verdelli.  

Malgré les grandes quantités de produit récolté j’ai perdu pas mal d’argent à cause du prix de vente des citrons sur le marché. 

En 2011 j’ai vendu environ la moitié de l’exploitation et j’ai suspendu tous les traitements chimiques. 

J’ai commencé à ne plus faire que le fauchage de l’herbe et j’ai investi une partie des recettes de la vente pour développer le système d’irrigation par aspersion. 

En 2012 j’ai initié la conversion en biologique. 

Au fil des ans les quantités de citrons produites ont été réduites. 

Les prix de vente restant ceux du marché conventionnel, j’ai commencé à penser à me débarrasser définitivement de cette exploitation qui devenait de plus en plus un fardeau inutile. 

Mais l’amour que j’éprouve pour ce terrain m’a induit à en prendre soin encore un peu de temps. Je me suis ainsi posé la limite de 5 ans et je me suis appliqué à trouver des chemins alternatifs pour la vente des citrons. 

En 2014 j’ai eu les premiers contacts avec le Consorzio LeGallineFelici et notamment avec Peppe, l’homme de terrain du Consorzio, qui, après une inspection minutieuse m’a demandé si je pouvais fournir une petite quantité de produit pour un prix décent. 

Ce fut un rayon de lumière. J’ai alors pensé qu’une autre voie existait et que c’était possible. 

En 2016 j’ai vendu tous les citrons au Consorzio et j’ai aussi réalisé un petit investissement, en plantant 60 plantes d’avocats. 

Cette année, je suis devenu membre et je suis un des cinq coproducteurs d’avocats avec 50 avocatiers qui seront mis à demeure en octobre. 

Si je devais dire en quelques mots ce que le Consorzio représente pour moi, je le définirais comme mon ancre salvatrice. 

C’est un groupe de personnes qui a cru en moi et dans mon honnêteté, un groupe de personnes qui a donné de la dignité à mon travail. 

Dignité professionnelle que j’avais perdue depuis des années. 

Ce qui n’est pas rien. 

Mais ensuite je me suis rendu compte que ça ne s’arrêtait pas là et qu’on ne peut vivre pas seul à partir de soi-même. J’ai touché de plus près les aspects sociaux. 

Faire une agriculture différente et surtout une économie alternative est possible.

 

Il me semble juste à ce stade, et de ma part, de dédier de mon temps pour que tout cela aille de l’avant.