points de discussion

13/04/2017

Nous avons reçu de notre associé Gabriele Proto et nous publions très volontiers ces :  

POINTS DE DISCUSSION 

pour la FestAssemblea de la Communauté Internazionale LeGallineFelici

 

Depuis sa naissance, le Consorzio Siciliano LeGallineFelici a toujours cherché de se positionner comme un agent de changement social. Au travers de la proposition de formules économiques équitables pour la commercialisation des produits des associés et en y favorisant l’intégration de nouvelles réalités.

Associant toujours des actions sociales à la simple médiation commerciale et en proposant aux consommateurs un rôle actif dans un cheminement commun de participation au profit d’évènements, de projets, de soutiens à des situations d’urgence et en favorisant l’amélioration même de ces relations.

Loin de nous présenter comme des innovateurs de quoique ce soit, on a toujours soutenu, et nous continuons à le dire et à le pratiquer, que le concept de “concurrence” est pour nous, non pas un obstacle, mais un concourir ensemble honnêtement vers la sécurité économique et alimentaire pour nous et pour tous ceux qui circuitent sous différentes formes autour du consorzio et aux entreprises qui y sont liées.

Assurer un travail honnêtement rémunéré à tous les employés de nos entreprises et du consorzio a été et continuera pour nous d’être un objectif prioritaire. Ainsi valoriser les ressources humaines disponibles au mieux de leur potentiel et de même les attentes de chacun reste un de nos objectifs. Nous cherchons de faire ensemble un chemin d’autoformation et de responsabilisation continue dans l’idée d’assurer d’une part une plus grande conscience dans le rôle que nous jouons et d’autre part de faire sentir chaque individu un acteur actif pour qu’il puisse donner son engagement responsable maximal et se sentir participant d’un grand projet où seulement l’apport créatif de chacun peut certainement enrichir la communauté entière vers notre mission d’être des agents d’un changement.

Ce cheminement déjà initié nous fait changer continuellement et nous amène à nous poser toujours des nouvelles interrogations. A entrevoir des cheminements communs où les relations ne se limitent pas pour nous, membres, d’être propriétaires d’une structure économique, ni au rôle d’employé ou travailleur pour les collaborateurs ni enfin, de l’échange économique avec les consommateurs. Un chemin qui voit toujours plus de protagonistes, conscients ou moins, d’un plus grand projet qui chaque jour nous fait nous interroger sur notre participation active ou passive à celui-ci.

Aujourd’hui se présente toujours plus à nous, membres du consorzio la nécessité de sortir de notre quotidien quelques instants et réfléchir sérieusement sur comment chacun de nous, outre à la fourniture de nos produits au Consorzio peut contribuer concrètement à sa consolidation et à son meilleur fonctionnement. Pour sa plus complète réalisation et le succès des projets que nous proposons ou soutenons, ainsi que ceux auxquels nous participons de manière active.

Une invitation à nous tous d’ouvrir nos entreprises et nos esprits à des nouveaux objectifs et à des nouveaux buts que nous pouvons viser ou atteindre au sein de la communauté Legallinefelici.

Communauté qui ces dernières années s’est toujours plus développée. Non plus seulement dans la péninsule, mais bien au-delà des Alpes et jusqu’à la Mer du Nord. Le parfum de nos produits a suscité enthousiasme et envie de nous connaitre mieux. Pas seulement au travers de ce que nos productions peuvent offrir. Nos “clients” ont toujours plus envie de venir nous connaitre, personnellement, voir nos terres et comprendre qui nous sommes, comment nous nous comportons dans nos réalités locales et avec toute la communauté, très largement considérée.

Les co-productions en optique soutenable deviennent déjà la réalité d’une expérience pilote qui voit impliqués tous les acteurs de la communauté. Du producteur au consommateur, avec la garantie du Consorzio. Un investissement dans lequel tout le monde s’engage au bénéfice commun des acteurs impliqués et de toute la communauté.

Si nous mettons en jeu le fameux capital des relations de la communauté LeGallineFelici, de manière synergique, il peut clairement porter développement et amélioration en qualité de vie pour tous, c’est le moteur qui nous fera aller de l’avant vers de nouveaux horizons et développements de parcours communs et partagés.

Cela implique que l’engagement, la participation, et la mise en jeu de soi devienne impulsive, importante pour l’existence et le développement du consorzio, pour affronter ensemble les nouveaux paradigmes que le futur nous proposera.

Certainement, déjà, le Consorzio a apporté des améliorations à chacun de nous en tant qu’individus, employés, entreprises agro-alimentaires et aussi aux consommateurs. Mais malgré cela, nous nous retrouvons tous, tous les jours, à survivre dans une société qui ne manque pas de problèmes et de difficultés qui de plus, liés aux évènements atmosphériques auxquels nous sommes sujets dans ce secteur font que beaucoup de nos entreprises vivent une crise constante et souvent ne réussissent même pas à obtenir les ressources pour investir en productivité ou en rentabilité au détriment des productions elles-mêmes.

Cela implique une série de réflexions de la part du Consorzio sur : comment affronter certains des problèmes communs aux activités et, ensemble, développer des projets et des actions communes pour une amélioration généralisée mirant aussi à l’amélioration qualitative des réalités productrices.

A cette fin nous avons déjà initié l’expérimentation au travers d’actions de soutien aux entreprises dans des moments de difficulté, au moyen d’acomptes sur les fournitures à venir (la Coop. Del Golfo quand elle s’est formée, plusieurs fois l’Arcolaio, l’Az. Antonio Grimaldi, l’Az. Salvatore Rabuazzo, Bio Bio d’Antonino Coco, l’Az. Roberto Li Calzi, pour en citer quelques unes). 

Un autre projet dans un tel sens qui n’est pas encore tout à fait transformé en actions est le partage des ateliers de transformation déjà existants parmi les membres du consorzio : cela offrirait certainement des avantages pour les activités agroalimentaires qui sont encore contraintes de faire transformer leurs produits par des tiers et cela assurerait un meilleur contrôle de la filière de la part du Consorzio.

Mais cela ne suffit certainement pas.  Beaucoup d’entreprises ont des travaux de taille, de renouvellement générationnel des plantations, de greffes, des travaux de structure et d’amélioration formative du savoir-faire de la gestion d’entreprise et de savoir-faire agroalimentaire, aussi dans l’optique de diminuer les déchets de production, ou d’améliorer certains problèmes de production etc.

Une attention particulière devrait être apportée aux entreprises qui ont pu investir le moins en termes de temps et de ressources au cours de ces dernières années. Au moins pour réussir à les soutenir dans un parcours qui en améliorera la rentabilité et le développement. Penser aussi peut-être à des systèmes de soutien liés à des projets définis avec des objectifs quantitatifs qui apporteraient ressources et réponses à différents problèmes des exploitations.

Permaculture/Agriculture synergique :  on pourrait organiser des rencontres formatives théorico-pratiques ou dans l’intéret des exploitations, de leurs titulaires et de leurs employés et également pour les employés du Consorzio.  Ce serait un grand et bel objectif de voir nos employés convertir leurs propres terrains à l’agriculture biologique, et pourquoi pas à la permaculture, et demain, aussi proposer leurs produits au travers du Consorzio.

Organiser et former une équipe de travailleurs saisonniers du Consorzio qui puisse travailler dans les différentes entreprises associées, assurant un travail de qualité dans les exploitations, aussi dans la perspective souhaitable d’un développement de projets de formation-action pour l’intégration des migrants.

Mettre en partage des moyens agricoles et logistiques pour les entreprises qui en ont/auraient besoin. Sur la base du concept de partage des ateliers de transformation des associés, on pourrait réfléchir aussi à un parc de moyens et machines qui souvent ne sont pas utilisés à 100% de leur potentiel dans l’entreprise qui les possède et en dispose. Mais aussi investir en tant que Consorzio ou autre structure parallèle créée à cet effet.

Assurer un service d’achats partagés avec un service logistique s’y rapportant. A cette fin et à d’autres fins se développe le projet Fi.Co. qui pourrait améliorer la situation logistique à niveau régional pour toute la Sicile.

Mais aussi des journées de connaissance des exploitations, ponctuées de moments récréatifs, pourrait être un autre stimulant pour entrer en relation, apprendre l’un de l’autre et mieux nous connaitre.

Dans tout cela, un aspect important auquel donner des réponses plausibles est la demande constante des réalités associatives de consommateurs. Associations italiennes, mais surtout étrangères, de la communauté LeGallineFelici, qui nous demandent de pouvoir participer activement à l’intérieur du Consorzio. Cela au travers de délégués aux CDA et aussi au travers d’investissements de type comme des actions dans la vie du Consorzio même. Les co-productions en sont la preuve pour la communauté toute entière.

Une voie possible serait celle de constituer une société à but parallèle qui permette toute une série d’actions qui puissent permettre de partager mieux les ressources existantes et permettre de réaliser nos objectifs.

 

Trouvons ensemble les modalités pour faire croitre et améliorer le Consorzio avec la communauté toute entière.