Consorzio et croissance sociale

Nous recevons encore de notre prolifique et très attentif membre Gabriele Proto

 Consorzio et croissance sociale

Cette année le Consorzio fête ses 10 ans d’existence. Nous avons parcouru ensemble ce cheminement bref mais intense d’expériences et d’activités qui nous ont permis d’être aujourd’hui une réalité qui œuvre et agit pour la transformation sociale. Une réalité que l’on observe à niveau national et européen comme innovative dans le secteur pour avoir réussi à conjuguer les intérêts primaires des associés (la vente des propres productions) avec les attentes de son public cible (assurant des produits et un service dans le respect de tous les composants de la filière). Tout cela, dans un contexte social basé sur des rapports de confiance, éthiques, durables, où le rapport purement commercial arrive à un second plan par rapport à la volonté de valorisation du Capital des Relations avec tous les partenaires, cherchant toujours d’être cohérent avec nos slogans :

“Nous cultivons dans le respect de la nature, nous vendons dans le respect des personnes.

 Nous créons des opportunités d’emploi joyeuses dans le respect et la dignité du travail.

 Nous promouvons un développement harmonieux du territoire.

 Nous soutenons la croissance de la concurrence parce que pour nous, concourir signifie courir ensemble.”

Bien! Il nous semble important maintenant de faire un pas en avant pour parcourir ensemble la prochaine décennie, continuer à mieux travailler en restant durables, tout en tenant bien à l’esprit les dimensions sociales, écologiques, économiques et mondiales.

Faire à moins d’une de ces quatre dimensions ici citées ne nous permettrait pas de continuer à être ce que nous somme et nous couperait de la cible avec laquelle nous avons collaboré jusqu’ici et qui nous a permis de vivre et de grandir en tant que Consorzio et en tant que communauté.

Nous cherchons d’affronter ici ensemble la dimension sociale et la dimension mondiale.

Dans un monde globalisé où l’incertitude des marchés est une constante, où les jeux de pouvoir transnationaux et des gouvernements qui y sont assujettis, soumis à des règles de marché financier mondial qui créent des crises, qui offrent toujours moins de possibilités aux êtres humains de pouvoir vivre en tant que tel dans leur habitat d’origine, il est nécessaire de prendre conscience que nous devons agir directement autour de nous.

Ensemble, comme Consorzio LeGallineFelici, que nous considérons toujours plus comme une communauté de personnes qui veut faire du Capital des Relations la pierre angulaire sur laquelle baser des relations, des projets et des actions communes et être des acteurs de changement.

Depuis 2009 nous avons soutenu la naissance et les activités de l’association culturelle Siqillyàh, la première Assemblea Siciliana du ReteGas nazionale de laquelle nous faisons partie; nous continuons ò soutenir aussi, même si avec peu de ressources humaines et financières la Campagne pour l’Agriculture Paysanne pour soutenir les petites entreprises. Les expériences positives des cartosip et des activités dans les écoles jusqu’ici avec des réseaux d’enseignants (pour la plupart clients du Consorzio) ont joué un rôle important dans la formation extra-scolaire avec des instruments diffusés dans tout le territoire italien. Le Lo Faccio Bene Cinefestival a permis de promouvoir des nouvelles réalités et des expressions de jeunes. On continue à créer ensemble des parcours culturels et pédagogiques avec l’association LoFaccioBene. Nous avons aussi un rôle à jouer au sein du réseau national d’économie solidaire et des prospectives concrètes de tissage de relations avec le monde de la communauté Olivettiana.

La Sicile continue à survivre dans une situation sociale dégradée qui n’aide certainement pas les jeunes, ni toute la population à pouvoir vivre dignement.  Coincés dans une crise sociale basée sur un modèle de consommation, de finance et de grande distribution qui vide les poches et les salaires. Avec des carences de communication active et d’éducation alimentaire correcte dans les écoles et avec une movida juvénile, détachée de l’environnement et du territoire, la situation n’est pas en voie d’amélioration.

Depuis plus de dix les coopératives sociales membres du Consorzio, telles que L’Arcolaio, la coopérative Sprigioniamo Sapori, la coopérative sociale Terramatta et Quetzal, actives sur le territoire local, italien et international, jouent un rôle social important dans leurs secteurs respectifs : prisons, sujets défavorisés, migrations, commerce équitable, insertion professionnelle et coopératif, en assurant accueil, formation et intégration. Ces énormes bagages d’expériences et projets ne doivent pas rester des iles, mais doivent être mieux valorisés dans les communications sociales du Consorzio, afin que tous les membres et toutes les composantes de la communauté LeGallineFelici en soient humainement et culturellement enrichis.

La même chose vaut pour toutes les entreprises associées et non au Consorzio, qui dispensent des activités didactiques dans les écoles, sur le territoire, des ateliers de formation en entreprise pour les sujets défavorisés et pas seulement; eux aussi manquent de communications internes dans notre réseau et par nos canaux de communication.

Jusqu’il y a quelques années, le Consorzio, par choix, a toujours refusé tout type de financement public, et n’a jamais voulu s’impliquer dans le monde de la projec-action .

Aujourd’hui dans l’optique de la prochaine décennie à venir, toujours désireux de continuer à être des acteurs du changement, voulant toujours agir plus sur le territoire, voulant augmenter les actions qui impliquent la communauté aussi au niveau européen et international, il est temps de réfléchir si le moment n’est pas venu, en tant que sujets actifs sur le territoire européen, d’élaborer ensemble un programme pluriannuel d’engagement sur le territoire et dans l’agriculture sociale (voir le document ici attaché) qui pourrait apporter des avantages et des soutiens aux entreprises qui créent de l’emploi digne et des services qualifiés en plus des bénéfices indirects à toute la communauté.

La naissante platteforme Fi.Co. (FIlière COurte) est déjà un projet pilote qui peut faciliter la logistique et les approvisionnements pour les entreprises, pour les structures d’hospitalité et d’accueil et surtout pour les consommateurs qui pourront interagir directement avec la plateforme et trouver des produits de filière courte dans une petite distribution, services et tant d’autres choses utiles, pas seulement pour les associés mais aussi au service du territoire, ce qui stimulera aussi des nouvelles implantations en agriculture et contribuera donc à freiner les phénomènes d’abandon des terres, si répandu dans nos régions à cause de la faible pour ne pas dire nulle, rentabilité des cultures traditionnelles.

Le soutien à Fi.Co. doit croitre à l’intérieur de réseaux siciliens et ayant été conçu comme un Bien Commun, il est important que nous tous nous nous l’approprions comme un instrument pour créer du réseau, du service et du travail/emploi participatif. Le Consorzio soutiendra le projet jusqu’à ce qu’il puisse commencer à fonctionner seul et devenir un instrument commun du réseau actif naissant ; nous pensons de mettre à sa disposition des ressources humaines et économiques pour atteindre l’objectif (prolongation du stage).

Les nombreuses actions que nous avons toujours soutenu et supporté sur le territoire national,  nous poussent toujours plus dans le sentiment de devoir agir sur le territoire sicilien et à l’intérieur des réseaux où nous opérons et où nous souhaitons opérer. L’occasion cette année avec l’évènement organisé par l’association LoFaccioBene à Librino est aussi le couronnement d’un parcours qui doit porter à de nouvelles connaissances, nouvelles synergies, et projectualités ici à un niveau local, spécialement avec les écoles.

Un projet pluriannuel d’intervention systématique dans les écoles du territoire sicilien est en préparation avec différents modules de formation pour un parcours commun et concerté avec le Polo Catanese pour l’Education Interculturelle (Volcan de Paix); un premier module dédié à la durabilité alimentaire, à la nature, et à ses changements, permettra de faire connaitre notre réalité et notre modus operandi dans les écoles pour stimuler une approche éco-durable aux jeunes et d’éduquer vers une alimentation plus naturelle.

Comme nous le savons, au cours de ces dernières décennies, la Sicile est de nouveau une terre de passages migratoires et certainement jusqu’ici le peuple sicilien s’est montré hospitalier et accueillant. Un second module veut s’occuper de cela précisément, il faut absolument travailler dans les écoles italiennes, là où les classes toujours plus colorées ont besoin d’apports formatifs qui soutiennent l’importance d’une intégration sociale positive avec des visions plus globales et holistiques.

Un troisième module voudrait s’approcher de parcours conviviaux et formatifs communs : personnes âgées, migrants, et jeunes dans les écoles. Dans notre société individualiste, les personnes âgées sont toujours plus émarginées alors que les jeunes sont abandonnés en proie à des instruments électroniques; nous sommes convaincus qu’il faut faire rencontrer ces mondes et permettre le plus possible l’échange culturel et l’échange d’expériences et de connaissances entre les personnes âgées, les adolescents et les jeunes; la rencontre entre migrants, âgés et jeunes peut certainement combler l’ignorance et faciliter l’ouverture et l’intégration de ces couches en stimulant des activités et des projets communs.

La terre, les ateliers, la nature peuvent devenir toujours plus le terreau ou faire rencontrer ces différents acteurs (producteurs, jeunes, enseignants, migrants, personnes âgées, consommateurs, associations, institutions nationales et étrangères) pour capitaliser ensemble des expériences, des projets et des actions qui puissent donner des réponses concrètes et soutenables aux problématiques de formation, d’occupation et de vraie intégration socio-économique au bénéfice de tout le territoire.

Le Consorzio Siciliano LeGallineFelici en tant que tel ne peut pas faire tout cela tout seul. Mais peut déjà faire trésor de tout le grand Capital des Relations sur lesquelles pour des années il  a insisté et investi. Il est l’heure maintenant de valoriser ce capital, de le mettre sur une carte en termes de professionnalité, d’expériences etc.; en faisant converger au mieux toutes les synergies, en activant et en renforçant des alliances pour pouvoir mener vers l’avant un travail systématique de réseau social.

Synergie et actions doivent être activées et capitalisées dans un échange d’information-formation-action de toute la communauté LeGallineFelici et les réalités dans les contextes où nous vivons.

Il faut donc proposer un programme pluriannuel intégrant plusieurs secteurs (agriculture, scolaire, formatif) où les différents partenaires institutionnels et non gouvernementaux, avec le secteur privé d’entreprises éthiques et soutenables, aient envie de s’unir pour promouvoir et activer l’intégration sociale et professionnelle.

Parmi les partenaires potentiels avec lesquels nous tissons des relations et actions, rappelons : Italia Sviluppo (émanation du Ministère du Travail), Programma di Sviluppo Europeo, Sicilia Integra, Sos Mediterranée, Polo Catanese per l’Educazione Interculurale (Vulcano di Pace), Medici Senza Frontiere, Ass. dei Beni Comuni di Catania, FIERI, Associations françaises, etc, Association LoFaccioBene, Forum Beni Comuni Economia Solidale Catania, Mani Tese, Associazione Musicale Etnea et beaucoup d’autres, comme vous pouvez le voir sur cette carte en évolution constante.